Il est important de rappeler le rôle prépondérant que les parlements peuvent et doivent jouer dans le processus de démocratisation de nos Etats et surtout le rôle majeur qui est le leur dans le cadre de la mise en œuvre de la bonne gouvernance ; toutes choses qui doivent contribuer à placer nos Etats au niveau des nations les plus évoluées, politiquement et démocratiquement. Pour aider à la réalisation de cet objectif, les personnels des parlements africains ont entrepris de se constituer en une organisation ; c’est le Réseau Africain des Personnels des Parlements (RAPP), cadre de formation, de renforcement des capacités et d’échange d’expériences, au service des personnels des parlements africains.  

  I – HISTORIQUE ET MOTIVATION

C’est en Mai de l’année 1995 que l’idée de la création d’une Association africaine des personnels des Parlements a été lancée. Cette idée a prospéré et en Septembre de cette même année, elle s’est muée en projet lors d’une rencontre organisée à Porto-Novo au Bénin, par la National Conférence of State Législature (NCSL), une organisation américaine regroupant les parlementaires et personnels des différentes législatures (Sénat et Chambre des Représentants) des Etats-Unis d’Amérique. M. John Martin, ancien Président de la Chambre des Représentants de l’Etat du Maine, s’est alors engagé, devant les représentants du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Niger, à soutenir le projet.

  Le Niger s’est alors vu confier la tâche d’asseoir les bases statutaires et textuelles du Réseau. Traversé par des fortunes politiques diverses, le Niger n’a pas pu mener à bien cette entreprise, mais cela n’a pas freiné l’ardent désir de mettre en route cette organisation. De son côté, la NCSL , n’avait pas oublié la promesse de son soutien.

  Il a donc fallu attendre le voyage d’études organisé du 14 au 30 Septembre 2002 aux Etats-Unis d’Amérique à l’initiative de la NCSL et qui a vu la participation des délégués de la Côte d’Ivoire, de Madagascar, du Mali et du Tchad et l’exemple qu’ils ont vécu, du fonctionnement de structures semblables, pour que soit prise, la décision ferme de mettre en route le réseau africain et ce, avec le soutien ferme de la NCSL et du Département d’Etat américain.

  Du 19 au 24 Février 2003, s’est tenue à Bamako au Mali, une réunion qui a permis de parachever la création de cette organisation panafricaine des personnels des parlements qui désormais, portera le nom de Réseau Africain des Personnels des Parlements (RAPP).

  Les représentants présents, ont pris acte de cette création et ont constitué un Comité Exécutif Transitoire (CET) à qui il a été confié la tâche de gérer les détails de cette création. La présidence de ce Comité a été confiée à M. Mamadou SANTARA, alors Secrétaire Général de l’Assemblée nationale du Mali.

  Le réseau a été mis en place avec pour objectifs principaux, d’aider à :

  • Renforcer les capacités des institutions parlementaires ;
  • Contribuer à la formation professionnelle du personnel parlementaire ;
  • Contribuer à terme une banque de données et d’expériences parlementaires ;
  • Etre un point de convergence pour la coopération parlementaire ;
  • Créer les conditions d’existence d’une administration parlementaire pérenne et performante.

  Entre Février et Août 2003, les travaux effectués par le CET ont permis de mettre en place tous les outils permettant de lancer le nouveau Réseau. Les résultats ont été donnés à une conférence internationale tenue à Ndjamena au Tchad, où une soixantaine de délégués venus de 15 pays africains se sont réunis pour examiner les conclusions des travaux du CET et asseoir la nouvelle organisation. Cette conférence a aussi été l’occasion pour les participants de prendre part à des ateliers de formation et à des échanges professionnels.

Ainsi, venait de naître le Réseau africain des Personnels des Parlements (RAPP), un cadre de concertation apolitique et professionnel qui au nombre de ses missions aura la tâche de contribuer à rétablir les parlements africains dans leurs places au sein des institutions républicaines, à promouvoir la bonne gouvernance et à contribuer à renforcer les capacités des fonctionnaires parlementaires afin qu’ils soient plus aptes, plus professionnels, plus performants et plus compétents dans leurs missions d’assistance parlementaire. Le but assigné au RAPP est de permettre à ses membres de partager leurs connaissances et de se communiquer entre eux les méthodes et procédures de travail pour une meilleure gestion de nos institutions parlementaires.


II – ORGANISATION 

Le RAPP compte vingt-cinq (25) parlements issus de dix-huit (18) pays d’Afrique francophone avec ses organes solidement établis. Il est organisé ainsi qu’il suit :

Le Comité Exécutif

Le Comité Exécutif qui réunit le bureau, les Secrétaires Généraux des parlements membres, les commissaires aux comptes, les présidents des commissions et les présidents des sections nationales, est l’organe directeur du réseau. Il se réunit une fois l’an (1er Semestre de l’année) dans un des Etats membres et a vocation à préparer la prochaine Assemblée Générale, en faisant un bilan à mi-parcours d’exercice annuel et en déterminant les thèmes et autres sujets sur lesquels porteront les communications qui seront présentées en Assemblée Générale.

l’Assemblée Générale

L’Assemblée Générale est l’organe suprême du réseau. Elle se réunit une fois l’an (2ème Semestre de l’Année) dans un des Etats membres. Les Assemblées générales sont l’occasion d’organiser des tables-rondes, des ateliers de formation et des panels d’échanges sur divers thèmes intéressant la vie du réseau et le travail des personnels des parlements.

Elles sont aussi un canal de diffusion de la pensée parlementaire et de formation tout azimut de personnels des parlements. Les Assemblées Générales ont ceci d’intéressant qu’elles sont des occasions de retrouvailles et de rassemblements des personnels des parlements qui à ces moments se déplacent nombreux pour rencontrer leurs confrères et collègues des autres parlements. Le RAPP saisit donc les opportunités offertes par les Assemblées Générales et les met à profit pour initier des sessions de formation et d’informations sur des thèmes tout aussi divers que variés, allant de la pratique parlementaire à la connaissance du monde en général.

En plus du volet formation, les Assemblées Générales sont aussi un véritable vecteur de communication, de convivialité et rapprochement des personnels des parlements. Elles sont donc aussi saisies comme opportunités pour des échanges informels entre participants et le tissage de lien d’amitié, tout comme elles sont aussi une occasion de découvertes des pays d’accueil, le programme des Assemblée Générale s’efforçant toujours de prévoir une excursion sur un site touristique ou historique.

Le Bureau

  Le Bureau est élu au sein du Comité Exécutif pour un mandat de trois (3) ans. Il est composé de sept (07) membres :

  • Un (01) Président ;
  • Deux (02) vice-présidents ;
  • Deux (02) Secrétaires ;
  • Un (01) Trésorier et son adjoint.

Les Commissions Permanentes

Pour une gestion efficace des activités du Réseau, des commissions permanentes au nombre cinq (5)  ont été mises sur pied. Il s’agit de :

  • La Commission Finances et Budget,
  • La Commission des Textes fondamentaux,
    • La Commission Communication et Développement,
    • La Commission Etudes et Formation,
    • La Commission des NTIC.

Les Commissions proposent à chaque Assemblée Générale, les fruits de leurs réflexions et leurs suggestions pour une meilleure administration de la vie du Réseau et pour aider à ce qu’il atteigne les objectifs qui lui sont assignés.


   III – OBJECTIFS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE 

  Les objectifs assignés au réseau sont, ainsi qu’il ressort des Statuts du Réseau :

Le renforcement des capacités des Institutions Parlementaires ; ·         

La contribution à la formation professionnelle du Personnel Parlementaire ;

La constitution à terme d’une banque de données et d'expériences parlementaires ;

La création d’un point de convergence pour la coopération interparlementaire.

La création des  conditions d’existence d’une administration parlementaire pérenne et performante.

Pour parvenir à la réalisation de ces objectifs, le Réseau s’est doté d’un certain nombre de moyens. 


Le Site Internet

Le Réseau Africain des Personnels des Parlements s’est doté d’un Site Internet qui est consultable à l’adresse suivante : www.rappafrik.org. Par l’entremise de ce site web, le Réseau a certes voulu s’ouvrir à ses membres, mais aussi s’offrir comme une interface sur le monde entier et en direction de tous les partenaires éventuels. Le Site web du RAPP se veut en effet être le véhicule de toutes les informations à porter au public pour la connaissance de cette organisation, tant au niveau de  sa structures, de ses objectifs et des actions qu’elle met ou envisage mettre en œuvre pour le développement du réseau et pour la réalisation de ses objectifs. Ce site comporte un volet « TCHAT » qui est un forum de discussion par l’entremise duquel les personnels des parlements peuvent échanger sur les difficultés de leur travail, faire des consultations, solliciter des avis et soumettre des points de vue de façon instantanée et interactive.  

Le Listserv

Un autre instrument informatique est à la disposition des personnels des parlements ; c’est le Listserv. Le Listserv est une adresse email, donc une adresse internet commune à tous les personnels des parlements membres du RAPP. En adressant donc un message unique par le canal de cette adresse email, l’on touche tous les personnels des parlements membres du RAPP. Avec le Listserv donc, point n’est besoin d’adresser de multiples messages, de composer plusieurs adresses ou même de rechercher la personne que l’on pense être la plus apte à résoudre la difficulté qui se pose à nous. Par le truchement du Listserv, tous les personnels sont saisis de la question et donc les contributions viennent de toutes les personnes qui détiendraient la solution à la question posée.

L’adresse email pour joindre le Listserv est « Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ».

Le Journal RAPP INFO

Publié sous la forme d’un tabloïd, le journal du RAPP, dans sa forme et sa configuration actuelle se veut une vitrine ouverte sur le monde par un format plaisant et agréable. Ce journal fait le compte-rendu des activités du RAPP et retrace les évènements susceptibles d’intéresser le RAPP ou de contribuer à son essor. Il retrace de même, les apports des personnels des parlements en terme de formation, d’informations et de contributions pour la mise à niveau des personnels. Cet organe ouvert à tous est un véritable outil de communication à la disposition des personnels administratifs membres du RAPP. C’est un outil ouvert pour la diffusion des idées et pour la vulgarisation des bonnes pratiques parlementaire.

Les sessions de formation

  Dans son programme de développement, le RAPP prévoit d’initier et d’engager un ambitieux programme de formation en direction des personnels des parlements membres. Il est prévu d’organiser des sessions régionales de formation. De par ce programme de formation il s’agit de permettre au RAPP de remplir véritablement et efficacement son objet, à savoir, la mise à niveau des personnels des parlements et le renforcement de leurs capacités, en leur faisant profiter des expériences acquises sur les questions de procédures, de pratiques et de travail parlementaires.


 IV – EXHORTATION

  Le RAPP aujourd’hui, c’est dix-huit (18) pays affiliés avec vingt-cinq (25) parlements membres. A ce jour, ce sont essentiellement des Etats francophones d’Afrique qui ont adhéré au RAPP. Ce chiffre peut et doit être amélioré par l’adhésion de nouveaux membres.

L’adhésion au RAPP est soumise au paiement d’un droit de 500 Euros, ensuite il faudra  payer la cotisation annuelle qui est de 1500 Euro par parlement et participer aux activités qui sont organisées. Le compte du RAPP est domicilié dans une banque (ECOBANK) d’Abidjan qui est le siège du RAPP.

Les personnels des Parlements, ont un objectif commun et œuvrent pour un but ultime, celui d’être des collaborateurs actifs, efficaces et dévoués pour le personnel politique des institutions qui les emploient. Seule donc la formation peut permettre de jouer le rôle qui doit être le leur au sein des parlements. Ils ont donc le devoir de se tenir à la pointe des informations et d’être au fait des techniques de rédaction et des pratiques et procédures parlementaires. Le travail parlementaire est une œuvre de minutie, un véritable sacerdoce qui ne saurait souffrir l’à peu près et l’amateurisme. Les Personnels des parlements doivent donc être formés et instruits de la responsabilité qui est la leur dans la réalisation d’une Afrique moderne et démocratique, d’une Afrique ayant des institutions efficaces, conscientes du rôle qu’elles ont à jouer dans la réalisation de la bonne gouvernance. 
Par ailleurs, en même temps qu’il s’adresse au personnel des parlements, le RAPP est désireux d’établir des relations de coopération avec des organisations similaires ou poursuivant les mêmes buts.

Lettre d'invitation

Renseignements Généraux

Formulaire d'inscription

Veuillez remplir le formulaire d'inscription et le renvoyer à l'adresse suivante infos@rappafrik.org

RAPP Infos